Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Archives > 2007 > Carême 2007 > Jeudi Saint

Jeudi Saint

HOMELIE DU JEUDI SAINT 2007

Frères et sœurs, nous avons ce soir répondu à l’appel du Christ : comme il le fait chaque dimanche pour l’eucharistie, il nous invite à partager son repas de fête, et à découvrir que ce repas est signe de sa Pâque, du passage de la mort à la vie ! Comme pour nos frères Juifs, la Pâque est passage, action de grâces : sortie de l’esclavage, victoire sur le mal, triomphe contre la mort, espérance en la vie éternelle.

Mais Jésus nous apporte une nouveauté radicale : le repas de l’eucharistie préfigure sa résurrection, et une nouvelle joie pour l’humanité tout entière : à la suite du Christ, tous les hommes sont appelés à entrer dans la vie de Dieu, dès maintenant et « à l’heure de notre mort » ! Lorsque Jésus prend son dernier repas avec ses apôtres, ses amis, ses proches, il nous rejoint dans notre humanité comme il le fait durant toutes sa vie publique. Il nous offre le visage d’un Dieu qui se fait proche de nous, y compris dans la convivialité de nos fêtes, de nos partages. Au cours de ce repas, nous retrouvons de nombreuses dimensions de notre vie sur la terre :
- l’amour : Jésus aime les siens jusqu’au bout, et nous propose de le rejoindre sur ce chemin. Mais que signifie, pour nous, « aimer jusqu’au bout ? »
- les passages : Jésus va passer de ce monde à son Père ; et ce passage transfigure tous les passages que nous avons à vivre, que ce soit dans les petites choses ou les grandes décisions. Quels sont donc les passages que je suis appelé à vivre ? Comment ma prière soutient-elle mes décisions ?
- le service : Jésus lave les pieds de ses disciples, leur montrant ainsi que sa royauté est basée sur l’humilité et le don de soi. Il confirme ainsi son attitude rapportée par l’Evangile tout entier. Et nous ? Comment pouvons-nous nous mettre davantage encore au service de nos frères, au service du Seigneur ?
- la trahison : tout n’est pas rose dans le repas que Jésus partage avec ses amis : il y a la méfiance, la suspicion, et l’annonce voilée d’une trahison qui se profile… Jésus sait cela, et malgré tout il ne refuse pas de passer du temps avec celui qui va le livrer… Et nous ? Sommes-nous conscients d’être parfois dans cette même démarche de trahison ? Accueillons-nous le don de Dieu qui change nos cœurs et nous réconcilie avec Lui ? Comment accompagnons-nous le frère qui est tombé, pour l’aider à se relever, et lui redonner confiance ?
- la foi : même si les apôtres se rendent compte qu’il va se passer quelque chose, ils restent confiants. Leur foi n’est pas altérée par les annonces faites par Jésus, évoquant sa passion et sa résurrection. Bien sûr, il y aura les doutes, les reniements, la fuite ; mais ce qui a été semé en eux ne pourra pas disparaître, et ils deviendront les témoins courageux de la Bonne Nouvelle ! Et nous ? Où en sommes-nous dans notre foi ? Quels moyens nous donnons-nous pour la faire grandir ?

Frères et sœurs, que cette eucharistie, que chaque eucharistie nous permette de bâtir la paix entre nous ; qu’elle nous donne cette joie immense de la communion avec le Christ et avec tous nos proches ; qu’elle affermisse notre foi, et que cette foi se décline en autant de gestes d’amour, afin que le monde croie que Jésus est le Fils de Dieu, à jamais vivant !

Amen.