Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Archives > 2016 > Mot lu lors de la célébration du dimanche 26 juin 2016 en l’église de Vif.

Mot lu lors de la célébration du dimanche 26 juin 2016 en l’église de Vif.

Tout d’abord nous nous adressons à toi, Cher Sante.

Voilà bientôt 9 ans que tu es arrivé à Saint Loup. Neuf ans, presque le quart de ton temps de prêtrise ! Tu arrivais de Pontcharra, que tu aurais bien aimé ne pas quitter. Tes paroissiens d’alors étaient tristes de te voir partir et toi un peu inquiet de ce nouveau déplacement. Ici plusieurs personnes se sont activées pour que ton logement à la Maison paroissiale te soit aussi accueillant que possible, et nous croyons que tu l’as trouvé tel.

Tu prenais en main une Paroisse Nouvelle, Saint Loup, constituée de onze clochers, dont Alain Noël Gentil avait réussi à bâtir l’unité. Tu as largement poursuivi cette dynamique et l’on peut dire aujourd’hui que nous nous sentons tous paroissiens de Saint Loup, quel que soit notre clocher. Ceci n’enlève d’ailleurs rien au sentiment d’appartenir aussi à notre Relais, surtout pour les deux « petits » : Saint Bruno et Les Commiers.

Tu rêvais de t’occuper de la Mission italienne de Grenoble, où tu t’étais acclimaté en arrivant de ton Italie natale. Heureusement, sur St Loup, les paroissiens d’origine italienne sont nombreux et tu n’étais pas totalement dépaysé. Nombre d’entre nous ont constaté que le voyage en Toscane, organisé en 2009 par Michel et Jackie, te redonnait un coup de jeunesse et de l’énergie en même temps qu’il permettait à chacun de mieux te connaître… mais quand le bus a traversé Pontcharra, tu n’as pu t’empêcher d’évoquer « le Paradis » !

Redescendons sur terre, à St Loup !

À tes côtés plusieurs sont intervenus en tant que membres de l’Équipe Paroissiale, pour partager avec toi le souci de faire vivre cette paroisse : Evelyne, Michel, Isabelle, Élisabeth, Marie-Thé, Gilles, Solange, Marc et actuellement, Christine, Anne-Marie, Nicole, Maurice, Joëlle. Ceci sans oublier nos prêtres africains, Justin, Louis, puis Sébastien, venus de bien loin nous apporter leur aide et un regard nouveau sur notre Église et notre monde. Tous, ils ont fait de leur mieux, tout en constatant une baisse d‘énergie, ou d’enthousiasme, de notre communauté. Un souffle nouveau est nécessaire !

Mais la jeunesse est là, à travers l’Éveil à la foi, la catéchèse, le groupe des Vivaces ou maintenant le groupe des 18-25 ans qui viennent d’animer cette célébration. Ils sont l’avenir de notre Église ! Tu as su t’impliquer avec enthousiasme dans l’accompagnement de ces jeunes, notamment en participant aux camps d’aumônerie qui sont une particularité appréciée de notre paroisse. Merci à toi. Confirmation de jeunes et d’adultes, accueil de nouveaux baptisés adultes, se sont aussi développés sous ton impulsion. Ils sont autant de flammes qui réveillent notre foi. Tu as su répondre aux aspirations nouvelles de plusieurs membres de notre communauté, avec par exemple la prière des mères ou les temps d’adoration, plus récemment avec la mise en place d’une petite équipe d’accueil aux migrants. Tu t’es toujours montré bienveillant devant des situations particulières. Nous te remercions tous de cette grande ouverture de ta part à la diversité d’expression ou d’engagement de la foi de chacun. C’est une richesse de notre communauté, que nous souhaitons tous maintenir.

À travers tes homélies, dans lesquelles se mêlait souvent une pointe d’humour relançant notre attention, tu as su éclairer pour nous la Parole de Notre Seigneur. Mémorables sont certaines homélies, notamment pour les Professions de foi, où, devant des familles pas toujours habituées aux messes, tu savais faire passer des messages importants, en évoquant par exemple les apôtres en équipe de foot (c’est d’actualité !) et 2 rames en fin de pêche miraculeuse, pour constituer les premières cages de but de l’histoire !

Le Seigneur -et notre Évêque- t’appellent maintenant vers une autre mission : l’accompagnement des malades et des mourants à l’hôpital, ainsi que des équipes qui en partagent le souci. C’est une belle tâche, et combien nécessaire ! Nous t’accompagnerons, cher Sante, dans nos prières.

Et pour ces 9 années, nous te disons tous sincèrement un très grand merci !

À ton tour Sébastien, puisque notre Évêque nous prive simultanément, des deux prêtres qui nous sont familiers.

En arrivant en septembre 2013, venant du Congo Kinshasa, tu disais à ceux qui t’interrogeaient sur ta motivation à rejoindre une paroisse : « Ayant été essentiellement enseignant en séminaire, j’aspirais à la diversité des rencontres et des sacrements au sein d’une communauté paroissiale. Au séminaire, pas de baptêmes, pas de mariages, et a priori, heureusement, pas d’enterrements ! ». Tu viens de vivre tout cela avec nous.

Comme Louis qui t’avait précédé, nous t’avons installé (après un coup de peinture), dans la cure de St Barthélémy, loin dans la montagne, vraiment au calme ! C’était la seule cure qui nous restait, pas forcément idéale, et te plongeant dès l’hiver dans les affres de la conduite sur neige. Tu l’as accepté avec ton habituel sourire bienveillant, mais nous imaginons qu’il y a des moments où ceci t’a pesé. Pardonne-nous-en.

Ta première année a été d’observation, cherchant à voir la place qui t’était attribuée et la manière de t’y inscrire. Tu ne cherchais pas à t’imposer. Dans le même temps le Diocèse repérait vite tes qualités évidentes et te mobilisait pour des formations ou pour des retraites, y compris aux diacres et aux prêtres. Tu continues d’ailleurs avec, début juillet, « Les essentiels de la Foi », à St Hugues de Biviers.
Puis peu à peu tu as trouvé ta place : Présence chaleureuse auprès des Relais et de certaines des Fraternités locales mises en place sur la paroisse. Catéchèse où tu jouis d’un grand prestige auprès des enfants avec qui tu sais t‘amuser. Présence aux plus âgés, avec les après-midi café du relais Visage ou pour les messes dans les Ehpad qui engendrent toujours chez les résidents un bonheur communicatif. Et, bien sûr, nombreux mariages et baptêmes. Tu nous as ouvert à ton pays, et plus généralement à la situation des pays dont les richesses minières engendrent paradoxalement guerre et pauvreté. Nous aurions pu aller plus loin dans cette réflexion. Tu ne t’es pas imposé.
Nourries de tes connaissances en théologie, d’un sens pédagogique réel et d’une grande ouverture d’esprit, tes homélies étaient souvent captivantes et très éclairantes. Tu as eu la gentillesse d’en confier certaines à ceux qui te le demandaient. Merci.

Et maintenant tu vas partir comme curé de la Paroisse Saint Anne, à la Tour du Pin ! D’autres que nous vont profiter de ta gentillesse, de ta bienveillance et de tes compétences. Nous nous en réjouissons pour eux…avec une pointe de regret pour nous de te voir partir aussi vite.

Sache, Sébastien, que tu as une place toute particulière dans le cœur de nombre d’entre nous. Et merci à toi pour ces trois années passées loin des tiens, avec nous et pour nous. Oui, merci vraiment.