Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Archives > 2017 > Premier dimanche du Temps de Carême – Année A

Premier dimanche du Temps de Carême – Année A

Samedi 04 et dimanche 5 mars 2017 église du Genevrey et église Saint Jean-Baptiste de Vif

Vivre, c’est choisir…

Nous voici donc entrés en Carême depuis mercredi. Et aujourd’hui, en ce premier dimanche de la période de 40 jours qui nous emmènera jusqu’à Pâques, l’Église nous rappelle que « vivre, c’est choisir. »
Ainsi, avant de s’embarquer dans une mission dont il a accepté les risques, Jésus a éprouvé le besoin de faire le point pour déterminer ses choix. Jésus n’a pas fait semblant d’être homme. Il l’a été à part entière et son itinéraire n’était donc pas fixé d’avance. Il a dû se décider en toute liberté. Sa liberté, devant les choix à faire, est le message le plus essentiel de la liturgie de ce jour.

Nous avons entendu, dans la première lecture, le récit de la création de l’homme (Genèse II, 7-9 et III, 1-7a) et ce qu’il est important de retenir de ce récit, c’est que Dieu a voulu faire de l’homme un partenaire et non pas un rival. Et ce partenariat entre Dieu et l’homme consistait encore à privilégier la vie d’abord et avant tout. Ce que dit Dieu à l’homme, c’est : « Ne touche pas à la Vie ». Mais on sait ce qui est arrivé… L’homme voulut s’en faire le rival en n’acceptant pas d’être partenaire de Dieu ; il a même pensé pouvoir prendre sa place. Et il en perdit sa dignité et sa liberté : se reconnaître nu est une conception biblique exprimant le fait de s’être rendu esclave de soi-même.

L’invitation de Dieu est toujours la même : « Protégez la Vie, sauvez la Vie, privilégiez la Vie… »
La Vie : elle est nourriture, vêtement, travail, loisirs, amitiés… mais elle est aussi autre chose ! Ne nous laissons pas accaparer uniquement par les soucis matériels ! Nous valons bien plus qu’un estomac ou qu’un compte en banque ! Nous sommes des intelligences à nourrir. Nous sommes des images de Dieu à faire exister jour après jour. Rappelons-nous bien que ce n’est pas seulement de pain dont nous avons besoin pour vivre mais aussi de la Parole de Dieu, et cette Parole, c’est le Christ, Parole faite Homme.
La Vie est aussi droiture, confiance et partage. Elle nous est donnée pour aimer, pour créer des relations fraternelles et pour faire exister des communautés.
Il faut alors souhaiter que les hommes ne s’éprouvent pas mutuellement en cherchant à s’intimider les uns les autres ou à user de leurs pouvoirs, de leurs relations ou de leurs dons pour parvenir à leurs fins par n’importe quel moyen ! Nous ne sommes pas faits pour agir avec fausseté nous rappelle l’Évangile du jour et nous ne sommes pas faits non plus pour impressionner quiconque ou pour séduire…
Méfions-nous aussi de mettre Dieu à l’épreuve, voulant échafauder avec lui comme une sorte de « chantage à la prière » ou de « chantage à la mortification ».
Et puis la Vie correspond surtout à cet engagement pour le service de Dieu et des autres. La place que chacun de nous occupe, nos responsabilités, nos moyens ne doivent nullement avoir pour objectif de mettre les autres à genoux devant nous mais doivent viser à servir.
Ne jouons pas des coudes et sachons partager nos engagements, nos connaissances et nos capacités ! Sachons faire confiance sans contrepartie ! Quant aux tentations, elles existent vraiment et elles sont au cœur de nos existences. Elles sont bien différentes d’une personne à l’autre, variant en fonction des activités, de l’âge ou des conditions de vie. Et ces tentations sont la face négative de ce que nous sommes invités à vivre.

Dieu, qui est la Vie en plénitude, nous fait partenaires de la Vie pour que rien ne la détruise, ne la salisse ou ne l’abîme.
Il y a tellement de belles choses en chacun de nous, de belles qualités, de dons et de capacités ! Il y a un amour de Dieu tellement grand en nous ! Il convient donc de ne pas laisser abîmer tout cela en cédant aux tentations dont nous parle l’Évangile aujourd’hui et qui pourraient être distinguées ainsi : tentation de se laisser aller, tentation de s’imposer et tentation de tout ramener à soi.
Jésus a connu ces tentations et nous les connaissons.
Il s’est souvenu que Dieu comptait sur lui pour la mission qu’il lui avait confiée. Faisons de même !
Dieu nous envoie nous aussi en mission et Il compte aussi beaucoup sur nous !
Alors bon Carême 2017 à toutes et à tous !

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques :
Genèse II, 7-9 ; III, 1-7a ;
Psaume L (LI) ;
Épitre de Saint Paul Apôtre aux Romains V, 12-19 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu IV, 1-11.