Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Deuxième dimanche de Pâques / Fête de la Miséricorde divine – Année A

Deuxième dimanche de Pâques / Fête de la Miséricorde divine – Année A

Dimanche 23 avril en l’église Saint Jean-Baptiste de Vif

Aimer comme il aime

Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! » Jean XX, 20-21
Les disciples ont beau avoir accompagné Jésus pendant plusieurs années et vu ses miracles, ils peinent à saisir le sens de son message. Quand le Christ leur apparaît après sa résurrection, il ne leur reproche rien. Il prononce des paroles de paix qui montrent tout son amour.
La constance de cet amour est le cadeau de Jésus à ses disciples. C’est ce même cadeau qu’il nous offre. Notre espérance vient de ce sentiment inébranlable, parce que Dieu inonde en permanence notre cœur, même si nous le trahissons. Quelle paix nous procure la reconnaissance de cette extraordinaire vérité !
Notre sérénité grandit encore quand nous partageons cet amour avec nos frères. Jésus nous demande de le suivre – et devenir ses disciples suppose que nous agissions comme lui agit. Ce n’est pas facile, mais sa puissance circule en permanence en nous et nous permet d’aimer comme il aime. C’est ce qui transforme notre vie et nous fait espérer.

Dans la scène d’Évangile que nous venons d’entendre, Jésus apparaît aux apôtres en l’absence de Thomas. Et nous, que faisons-nous à l’égard de ceux qui ont connu le Christ mais qui ne le fréquentent plus ?
Le premier jour de la semaine (Jean XX, 1), le jour de la Résurrection du Seigneur, ce premier jour du nouveau monde, est rempli d’événements. Il commence très tôt (Marc XVI, 2), quand les femmes vont au tombeau, et s’achève très tard (Jean XX, 19), quand Jésus vient réconforter ses amis les plus intimes : La paix soit avec vous, dit-il. Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Or Thomas n’est pas là ; il ne voit pas le Seigneur et n’entend pas non plus ses paroles consolatrices.
Juste avant la Passion, Thomas avait dit : Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui (Jean XI, 16). Puis dans la Dernière Cène il avait exprimé son ignorance au Seigneur, avec une candeur désarmante : Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? (Jean XIV, 5) Remplis de joie mais soucieux de son absence immotivée, les apôtres ont dû chercher Thomas dans tout Jérusalem, cette nuit même ou le jour suivant. Dès qu’ils le rencontrent, ils s’écrient : Nous avons vu le Seigneur ! Mais comme les autres, Thomas avait été profondément affecté par ce qu’il avait vu : obsédé par la terrible Crucifixion et la Mort affreuse du Maître, il ne croit pas les apôtres : Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas (Jean XX, 25). Ceux qui ont été ses compagnons pendant trois ans, avec qui il était uni par tant de liens d’amitié, lui répètent sans doute de mille manières la même vérité, leur joie et leur certitude : Nous avons vu le Seigneur !
Mais Thomas pense que le Seigneur est mort, point final ! Dialogue de sourds ! Les autres lui assurent qu’il est vivant, qu’ils l’ont vu et entendu, qu’ils ont passé un moment avec lui… Voilà une situation bien fréquente de nos jours : pour beaucoup d’hommes et de femmes le Christ est mort, ne représente rien et compte peu dans leur vie. Seigneur, que notre foi en ta Résurrection nous pousse à aller à leur rencontre, à leur dire de mille manières que tu es vivant, que tu nous aimes, que tu es présent dans nos vies, que tu donnes un sens à toute existence…

En accomplissant cette exigence de la foi – la transmettre par l’exemple et la parole – nous voulons contribuer à édifier l’Église, comme les premiers chrétiens. Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur allait toujours croissant : des hommes et des femmes en masse (Actes des Apôtres V, 14).

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques :
Actes des Apôtres II, 42-47 ;
Psaume CXVII (CXVIII) ;
Première lettre de saint Pierre Apôtre I, 3-9 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean XX, 19-31.