Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Actualité > Pèlerinage diocésain à Notre Dame de la Salette les 23 et 24 septembre 2017

Pèlerinage diocésain à Notre Dame de la Salette les 23 et 24 septembre 2017

A l’écoute de l’Esprit

Les pèlerins nombreux devant la basilique de la Salette

Un soleil radieux, un paysage splendide, de nombreux pèlerins, des sourires sur les visages, des rencontres, des temps de marche, de prière, des enseignements, des ateliers, des partages, un week-end riche où nous nous sommes mis chacun et ensemble à l’écoute de l’Esprit Saint.

« Nous voilà cette année en route pour une journée de pèlerinage diocésain recommandé et accompagné par nos voisins. A 1800 m, sous un beau soleil, ce fut une journée de ressourcement, une pause dans nos vies agitées. Ainsi nous avons découvert des extraits d’un spectacle de spiritualité vivante présenté par la troupe de La Passion de Tullins, écouté l’enseignement riche de notre évêque Mgr Guy de Kérimel (écoute, discernement …), participé à la messe en plein air car la foule était nombreuse… L’homélie portait sur la parabole des ouvriers de la dernière heure en prise avec l’actualité, ce qui nous fait réfléchir sur la solidarité avec ceux qui ont des difficultés à trouver du travail. Cette journée nous a permis de connaître un peu mieux notre évêque et d’en apprécier ses messages. »

Hélène et Denis

On peut retrouver les textes et homélies de Mgr Guy de Kerimel sur le site :
https://www.diocese-grenoble-vienne.fr/Salette_2017.html

« Au loin, l’Obiou, tout près le Gargas, là, les lieux des apparitions de Marie aux enfants de La Salette et la grande Basilique. C’est dans ce site exceptionnel appelant au recueillement que j’arrive dimanche, disponible, curieuse et gardant en moi le chagrin d’une maman venant de perdre sa fille unique et celui de deux proches ayant perdu leur conjoint tragiquement. Je circule sans but précis, croisant des dizaines de personnes si différentes : que viennent-elles faire ici ?
C’est au cours du pique-nique, près de la fontaine, que ma proche voisine m’explique que la 1ère fois qu’elle est venue, invitée par une connaissance, elle a été impressionnée et saisie de joie en entrant dans la basilique. Depuis, elle revient souvent, sûre que Marie la comble de grâces ; et elle me montre avec complicité et fierté une photo de ses deux petites filles assises sur ses genoux.
Plus tard, il m’est donné d’échanger avec un couple, plus très jeune, aux visages radieux. Lui, il lui manque 4 doigts à une main, disparus dans une machine agricole alors qu’ils étaient jeunes mariés. Il y a quelques années, il s’est fait encorner par un taureau …et on lui donnait peu de chance de survie …Il est là ! Ils sont heureux et revoient encore le sourire du prêtre qui les a accompagnés dans cette épreuve !
C’est avec ces personnes rencontrées par hasard (et même ces trois dames qui n’ont cessé de papoter pendant la messe !) qu’aujourd’hui, je suis appelée parce qu’il nous aime tous, il nous invite tous, quel que soit notre « mérite », à travailler à la vigne du Seigneur, car pour lui, il n’est jamais trop tard. »

Geneviève

« Des rencontres et moments m’ont touchée, comme le chemin de croix animé par le Sappel*. Ces personnes ont témoigné de leurs expériences douloureuses en lien avec les stations du chemin de croix. Elles nous ont profondément touchés et évangélisés par leur simplicité, leur vérité, leur foi, leur espérance, la fraternité qu’elles vivent et dont elles témoignent.
- La veillée du samedi soir animée par les jeunes. Nicolas nous a parlé de l’évangélisation, mot qui ne lui « parlait » pas, et qu’il a compris à la suite d’une expérience avec Iseranybody. Il nous a donné deux conseils : « Témoignez de ce dont vous vivez », « Vivez ce dont vous témoignez » … « et vous évangéliserez ».
- La rencontre avec Xing-Sheng, chinoise, en vacances en France, venue avec une amie, très émue « par ce qu’elle a vécu, par ce que nous avons vécu tous ensemble au cours de ce rassemblement, moment fort qui nous construit ». »

Odile

*La Communauté du Sappel est un mouvement reconnu par l’Église catholique (comme association privée de fidèles) dont le but est l’évangélisation des familles du Quart-Monde.

Quelques phrases de notre évêque :
« L’Esprit Saint est donné pour la mission », « acteur premier de la mission ». Jésus dit à ses disciples : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 19-20) « Comment donc ces quelques hommes peu instruits vont-ils répondre à un appel complètement disproportionné ? [...] C’est qu’à l’origine de l’Église, il y a le don de l’Esprit Saint, le jour de la Pentecôte. »
Nous sommes appelés à travailler au Royaume, à l’annoncer, le signifier par un art de vivre, une liberté chrétienne. « Le Christ nous a libérés. » (Ga 5,1) Comment manifestons-nous notre liberté ? Il nous faut une éducation à la liberté qui passe par une éducation à l’intériorité. Que nos paroisses soient des écoles de prière, de liberté. Il nous faut annoncer la victoire de l’Amour, la réalité de la victoire sur le mal. Comment vais-je vaincre le mal autour de moi, ne pas rester dans une mentalité fataliste ? L’évangélisation est plus qu’un message, elle est une manière de vivre, le témoignage d’une vie nouvelle. Par notre charité active, nous voyons des résurrections, des libérations, des actions de grâce.
L’Église est par nature missionnaire. Il s’agit pour nous de « nous mettre à l’écoute de l’Esprit Saint, pour discerner la volonté de Dieu à travers l’Évangile, la prière et la lecture des signes des temps. » « L’Esprit Saint parle à l’intérieur de nous-mêmes, il est donc nécessaire de développer en nous la vie intérieure pour discerner, dans les bruits du monde, le souffle léger de l’Esprit qui veut nous enseigner. Nous devons descendre en nous-mêmes, développer en nous l’être intérieur, fortifier l’être intérieur. » « L’Esprit Saint nous fait discerner ce qui vient de Dieu, et ce qui n’est pas de Dieu. Il nous rappelle sans cesse notre propre dignité et celle de tout être humain, il nous apprend à agir selon Dieu, à participer de manière active et de tout notre être à la mission que Dieu nous confie. »
« Laissez-vous travailler par la Parole de Dieu. La Parole de Dieu nous dit Dieu. Elle nous ouvre des horizons divins, infinis. »
« J’ai vécu le chemin de croix animé par le Sappel. Je me réjouis beaucoup que des gens cabossés par la vie se sentent faire partie de notre famille diocésaine mais aussi qu’ils puissent nous évangéliser. C’était un de mes rêves, que les personnes défavorisées nous évangélisent. C’est un signe, une ébauche du Royaume où chacun retrouve sa dignité. »
« Le Seigneur a besoin de chrétiens vivants pour relever les défis de notre société. »