Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Quatrième dimanche du Temps de l’Avent – Année B

Quatrième dimanche du Temps de l’Avent – Année B

Dimanche 24 décembre 2017 église Saint Jean-Baptiste de Vif

Voici la servante du Seigneur
Dans la première lecture, David constate qu’il se trouve enfin à l’abri de ses ennemis, et qu’il habite dans une maison, alors que l’arche de Dieu, qui avait accompagné le peuple dans ses pérégrinations, habite toujours sous une simple tente... Il fait part de ses préoccupations au prophète Nathan, mais Dieu lui répond par l’intermédiaire du prophète : ne te préoccupe pas de ma maison, c’est moi qui vais te construire une maison … La maison dont il s’agit, c’est sa descendance, qui règnera sur Israël...
Bien plus tard, dans l’évangile, nous voyons s’accomplir la promesse. C’est bien, Joseph, un homme issu de la maison de David qui sera appelé à accueillir Jésus, le fils de Dieu, dans sa maison...
Mais c’est par Marie, sa fiancée que se réalise cette promesse ! L’ange annonce à Marie qu’elle va concevoir un fils... Marie serait en droit de demander des explications : à quoi cela m’engage-t-il ? Qu’est-ce que cela implique pour moi ?... Après tout, aujourd’hui, avant d’accueillir un engagement définitif dans le sacrement de l’ordre, ou dans les voeux religieux, notre église impose un cheminement de discernement qui peut être très long !
Mais Marie pose une seule question : « comment cela va-t-il se faire ? ».
Une fois la réponse obtenue, elle dit simplement :
« Voici la servante du Seigneur, que tout m’advienne selon ta parole ».
L’ange a sans doute déjà répondu aux appréhensions qu’elle aurait pu avoir par ces simples mots :
« Je te salue, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi », et « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ».
Marie est déjà prête à dire oui, elle est déjà donnée à Dieu. Et elle dit oui, avec toute sa liberté de créature voulue libre par Dieu ! Elle a dit oui sans savoir que cela la conduirait un jour au pied de la croix, mais en acceptant tous les risques avec confiance.
C’est par ce "oui" que nous est donné Jésus-Christ notre sauveur.
Dans la Bible, des personnages ont répondu de manière similaire à l’appel de Dieu, par deux petits mots : « Me voici »... Parmi eux, Abraham, Moïse, Samuel, Isaïe... Deux petits mots qui expriment la totale disponibilité à l’appel de Dieu. Et deux petits mots qui engagent toute une vie, et par lesquels Dieu a pu accomplir son oeuvre dans le monde.
Et pour nous aujourd’hui, que signifie le « oui » de Marie ? Marie a donné Jésus au monde, mais les choses ne s’arrêtent pas là. C’est nous, aujourd’hui, qui sommes porteurs d’un message, d’une espérance, que nous avons la charge de porter à tous. Nous tous, baptisés, portons la responsabilité de poursuivre l’action de Marie, en annonçant, en portant Jésus à tous ! Et Jésus, nous pouvons aussi l’annoncer par le témoignage de communautés fraternelles où Jésus se rend présent, si nous sommes unis en son nom !
Dans un monde sécularisé, où l’individualisme semble triompher, c’est pour nous une responsabilité toujours plus pressante, celle d’être des disciples missionnaires, comme nous y appellent avec insistance notre pape François et notre évêque !
De nos jours, les mots « Me voici » sont prononcés lors des grandes étapes menant à l’ordination des prêtres et des diacres, ainsi que par les catéchumènes appelés au baptême... Mais ce sont aussi des mots que chacun peut prononcer pour son compte lorsqu’il est appelé, selon ses aptitudes, à servir le monde et l’Eglise. Le travail ne manque pas, en particulier dans notre paroisse... Des appels ont été lancés... Sommes nous prêts à y répondre ?
La disponibilité à l’appel de Dieu reste à renouveler sans cesse. La fin d’une mission en église, ou des grandes étapes de la vie peuvent être l’occasion de nouveaux appels et de nouveaux engagements. Comme la retraite a été pour moi l’occasion de nouveaux développements dans ma mission de diacre...
En cette dernière journée de l’avant – et unique journée de la quatrième semaine – il nous reste bien peu de temps pour finir de nous préparer à revivre le mystère de la venue du Seigneur ! Tout à l’heure, nous pourrons recevoir Jésus en nous, par l’eucharistie. Que ce sacrement nous aide à dire, ou redire à Dieu : me voici Seigneur. Qu’attends-tu de moi ? Je suis ton serviteur. Il ne nous reste que quelques heures, vivons les à fond !
Amen

Gilles Berger Sabbatel


Références des textes liturgiques :
2 Samuel 7,
Psaume 88 (89), 2-3, 4-5, 27.29 ;
Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 16, 25-27 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1, 26-38.