Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Méditation faisant suite à la lecture de la Passion selon Saint Marc

Méditation faisant suite à la lecture de la Passion selon Saint Marc

samedi 24 mars église Saint-Pierre-de-Commiers et dimanche 25 mars église de Saint-Pierre de Varces

"Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient"

Le Christ s’est mis en route avec les Douze, mais, peu à peu, un nombre croissant de pèlerins s’est associé à eux. Dans cette dernière partie de son parcours, l’attente de ce qui va arriver se fait plus pressante : le Christ avec lequel ils étaient en chemin n’est-il pas le nouveau David ? Tous semblent le reconnaître en chantant : "Hosanna !" Mais, quelques jours plus tard, la foule criera : "En croix !" Combien l’homme est versatile ! C’est une de ses grandes faiblesses que le Christ est venu guérir en prenant sur lui son péché, en assumant les conséquences de l’inconstance de l’homme. Jésus entre dans sa passion pour faire de nous ses frères, fidèles et aimant jusqu’au bout. Osons-nous nous appuyer sur le Crucifié pour tenir bon dans l’épreuve, pour être des enfants à l’image de leur Père, riche en grâce et en fidélité ?

Alors que nous nous tenons à la lisière de cette semaine que nous appelons "sainte", le jour commence par un Hosanna et se termine par ce mouvement qui va mener à la Kénose, ce dépouillement de tout attribut divin. Observez cette soumission totale de Jésus, le Serviteur souffrant. Il embrasse les limites de notre condition humaine et abandonne les privilèges de sa divinité. Il reçoit avec grâce une onction : un flacon entier d’un précieux parfum est versé sur sa tête. Il voit ses amis, ceux qui lui étaient loyaux, l’abandonner et le trahir. Il voit s’effondrer sa réputation à la suite de faux témoignages. Il est dépossédé de sa dignité, mis à nu, raillé. On lui crache dessus. Il est privé aussi du réconfort d’Abba, son père. Il exprime ce sentiment d’abandon par deux fois : dans le jardin de Gethsémani et sur la croix, mais il remet sa vie dans un ultime acte d’anéantissement.

Jésus, toi qui vas souffrir, puissions-nous t’accompagner cette semaine, jusqu’au moment où tu vas remettre ta vie par amour pour nous.