Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Solennité de l’Immaculée Conception

Solennité de l’Immaculée Conception

Samedi 8 décembre 2018, à St Barthélémy

Voici la servante du Seigneur.

« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » : telle est la réponse simple de Marie à l’annonce de l’ange...
Tout de suite après ce passage, l’évangile selon Saint Luc nous dit que Marie se met en route pour aller voir sa cousine Elisabeth, enceinte. Et c’est alors qu’elle prononce son magnificat, un texte où elle se dit à nouveau servante du Seigneur : « Il s’est penché sur son humble servante ». Mais c’est aussi un véritable manifeste social : « Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles, il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides ». Et aujourd’hui, cette prière est reprise par l’église tout entière tous les soirs dans la prière des vêpres. Après cela, Marie reste auprès d’Elisabeth, à son service, pendant trois mois.
Lorsque Jésus reste au temple, au milieu des docteurs de la loi, Marie et Joseph le cherchent. Quand ils l’ont trouvé, Marie lui dit « Pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton père et moi nous te cherchions tout angoissés... ». Une belle manière de faire un reproche avec douceur, dont on pourrait parfois s’inspirer ! Mais aussi, quand Jésus n’est pas auprès d’elle, il lui manque, et elle le cherche, angoissée. Simple inquiétude de parents ? Ou peut-être, une invitation pour chacun à vérifier et recherche la présence de Jésus parmi nous...
C’est dans l’évangile selon Saint Jean, aux noces de Cana, que l’on retrouve Marie. Elle est attentive aux besoins de tous : « ils n’ont plus de vin ». Et bien que Jésus semble opposer une fin de non recevoir à sa remarque, elle dit aux serviteurs « faites tout ce qu’il vous dira ». Au delà de cet épisode, n’est-ce pas à chacun de nous qu’elle s’adresse, sachant que pour agir dans ce monde, Jésus aura besoin de nous ?
Enfin, c’est toujours dans l’évangile selon Saint Jean que l’on retrouve Marie au pied de la croix, auprès de l’apôtre Jean. Présence consolatrice d’une mère auprès de son fils souffrant... Et on ne peut qu’imaginer sa douleur ! « Voici ton fils », « Voici ta mère », dit Jésus : par ces paroles, Marie ne devient pas seulement mère de Jean, elle devient mère de l’église toute entière.
C’est dans les actes des apôtres que nous retrouvons ensuite Marie, auprès des disciples. On peut imaginer qu’ils avaient pour elle un grand respect, et ont veillé à ne perdre aucune des paroles qu’elle prononçait !
Dans l’exhortation apostolique « La joie de l’évangile », le pape François consacre la dernière partie à « Marie, la mère de l’évangélisation »... Je ne peux citer ici que de brefs passages, mais je vous invite à lire ou relire ce texte !
Pour François, c’est le Christ qui nous conduit à Marie, « car il ne veut pas que nous marchions sans une mère [...] Il ne plait pas au Seigneur que l’icône de la femme manque à l’Eglise »...
« Marie est celle dont le coeur est transpercé par la lance qui comprend toutes les peines. Comme mère de tous, elle est signe d’espérance pour les peuples qui souffrent les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que naisse la justice. […] Comme une vraie mère, elle marche avec nous, lutte avec nous et répand sans cesse la proximité de l’amour de Dieu. »
« En Marie, nous voyons que l’humilité et la tendresse ne sont pas les vertus des faibles, mais des forts, qui n’ont pas besoin de maltraiter les autres pour se sentir importants ».
Pour finir, je voudrais citer quelques passage de la prière à Marie qui conclut l’exhortation apostolique.
Vierge et Mère Marie, toi qui, mue par l’Esprit, as accueilli le Verbe de la vie dans la profondeur de ta foi humble, totalement abandonnée à l’Éternel, aide-nous à dire notre “oui” dans l’urgence, plus que jamais pressante, de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus.
Obtiens-nous maintenant une nouvelle ardeur de ressuscités pour porter à tous l’Évangile de la vie qui triomphe de la mort. Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies pour que parvienne à tous le don de la beauté qui ne se ternit pas.
Étoile de la nouvelle évangélisation, aide-nous à rayonner par le témoignage de la communion, du service, de la foi ardente et généreuse, de la justice et de l’amour pour les pauvres, pour que la joie de l’Évangile parvienne jusqu’aux confins de la terre et qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière.
Mère de l’Évangile vivant, source de joie pour les petits, prie pour nous.
Amen. Alléluia !

Gilles Berger Sabbatel

Références des textes liturgiques :
Genèse 3, 9-15, 20 ;
Psaume 97(98) ;
Lettre aux Ephésiens 1, 3-6, 11-12 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1, 26-38