Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Deuxième dimanche de l’Avent – Année C

Deuxième dimanche de l’Avent – Année C

Dimanche 09 décembre 2018 église Saint Jean-Baptiste, de Vif

Par notre communion, donnons de la joie à nos pasteurs !

Si l’avent est le temps de l’attente, de la préparation à la venue du Christ parmi nous, c’est aussi un temps à vivre tout entier dans la joie, pas seulement le troisième dimanche, point culminant de cette joie !
L’évangile d’aujourd’hui nous parle de la prédication de Jean-Baptiste : il annonce à ses auditeurs que le salut est proche, qu’il faut s’y préparer, qu’il faut se convertir. « Tout être vivant verra le salut de Dieu ». C’est l’annonce de la bonne nouvelle de l’évangile qui va venir... Il faut faire des efforts pour s’y préparer, bien sûr, mais cela devrait nous réjouir ! De quels efforts, de quelle conversion Jean-Baptiste parle-t-il ? A ceux qui le lui demandent, il répond en appelant au partage, à la justice, au refus de la violence... Des conseils pratiques, qui sont ceux que d’autres prophètes ont donné avant lui, mais il manque encore la dimension essentielle que Jésus viendra apporter : l’amour du prochain et le pardon.
La première lecture aussi nous parle de joie : « Jérusalem, quitte ta robe de tristesse »... Elle annonce au peuple d’Israël qu’il n’est pas abandonné par son Dieu : les captifs seront libérés, reviendront dans leur pays, et Dieu conduira son peuple dans la joie, avec sa miséricorde et sa justice. C’est un message d’espérance, qui annonce pour nous une espérance encore plus grande, celle de la venue du Christ, Dieu venu parmi nous par amour pour nous. Jésus venu vivre notre condition d’homme et nous donner toute la mesure de son amour. Jésus qui a partagé nos souffrance, jusqu’à celles du supplice subi en compagnie de deux brigands. Jésus vainqueur de la mort, qui nous ouvre le chemin vers une vie nouvelle qui ne finit pas...
Dans la seconde lecture enfin, c’est l’apôtre Paul qui nous partage sa joie... Paul a consacré sa vie à l’annonce de l’évangile. Et ici, on le trouve réjoui de ce qu’il voit dans la communauté à laquelle il s’adresse ! Paul n’est pas seulement le donneur de leçons que l’on se plait à voir en lui : il sait aussi exprimer son affection et son amour pour ceux à qui il a fait découvrir le Christ ! Il exprime aussi sa confiance dans l’Esprit Saint, qui a commencé son oeuvre dans cette communauté, et la poursuivra...
Paul se réjouit de la communion de cette communauté avec lui... C’est cette communion, entre nous, et avec nos pasteurs, qui peut porter du fruit pour l’annonce de l’évangile. C’est elle qui peut témoigner concrètement de l’amour de Dieu auprès de tous : inutile de parler de l’amour de Dieu si on ne commence pas par le vivre, et le vivre d’abord entre nous ! Dieu n’a que nous pour porter son amour dans le monde, c’est en nous qu’il a mis son amour, en nous créant à son image !
Aujourd’hui, quand on regarde l’actualité, on peut penser que notre monde, loin de progresser, voit grandir l’individualisme, la violence, les injustices, la destruction de l’environnement... Ce monde a besoin d’amour ! Et c’est sur nous, disciples du Christ, baptisés, que repose la responsabilité d’apporter l’amour de Dieu dans le monde. Personne ne le fera à notre place, et l’amour que nous ne donnons pas manquera.
Cet amour de Dieu, vivons le autour de nous, avec ceux qui nous entourent, dans nos familles, notre paroisse... Quelle communauté formons nous ? Sommes nous, comme les philippiens auxquels s’adresse Saint Paul, une communauté qui donne de la joie à nos pasteurs ? Sommes nous une communauté qui rayonne d’un amour contagieux ?
Notre pape François, et notre évêque avec lui nous appellent à être des disciples missionnaires, à transmettre autour de nous, et jusqu’aux périphéries les plus lointaines la joie de l’Evangile, cette joie que le Christ nous donne, cette joie de l’amour réciproque.
Alors, ne nous désolons pas de notre petit nombre, de nos églises désertées, mettons nous plutôt en chemin dès maintenant, pour être cette communauté de disciples missionnaires, rayonnants, joyeux, unis, en communion entre nous. Pour cela, sachons nous regarder comme des frères, sachons aimer nos frères, et avoir confiance en l’amour de l’autre, et pardonner lorsque le frère peut nous blesser ! Sachons enfin, par notre communion, donner de la joie à nos pasteurs !
Amen

Gilles Berger Sabbatel

Références des textes liturgiques :
Baruc 5, 1-9- ;
Psaume 125(126) ;
Lettre aux Philippiens 1, 4-6. 8-11 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3, 1-6