Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Saint Jour de Pâques 2019 – Année C

Saint Jour de Pâques 2019 – Année C

dimanche 21 avril 2019 église Saint Jean-Baptiste, Vif

Jésus ressuscité, le fondement de notre foi !

Le jour de Pâques se distingue par son caractère matinal. Il semble comme marqué invariablement par le récit des femmes se rendant de bon matin au tombeau. Sans doute aussi que, comme les premiers chrétiens, nous restons sensibles au soleil levant qui marque notre terre d’un nouvel éclairage. Mais nous le savons et nous le confessons : cette lumière nouvelle apparaissant au matin de Pâques n’est pas inconnue. Au contraire, c’est le Christ ressuscité qui nous ouvre les portes du Ciel. Par sa Mort et sa Résurrection, le Christ nous réconcilie avec Dieu. Sans doute convient-il d’être tout aussi attentif dans la lecture de l’Évangile de ce jour que dans le chant de la Séquence. Cette dernière, même si elle n’appartient pas au corpus biblique, retrace avec soin l’histoire de ce matin de Pâques qui changea la face de la Terre. En étant replacés nous-mêmes dans l’histoire du Salut, nous ne pouvons que rendre grâce pour la merveille que Dieu accomplit pour nous ainsi que pour l’humanité.
« Il vit et il crut ! » Pour la tradition, c’est le disciple que Jésus aimait, saint Jean, l’apôtre et l’évangéliste, qui a fait cette déclaration. Qu’a-t-il vu ? Le tombeau de Jésus vide ! Qu’a-t-il cru ? la Résurrection de Jésus ! Comprenons bien que cette Résurrection constitue le fondement de notre foi. Jean, en son évangile, transmettra l’essentiel de ce qu’il a vu, entendu et touché concernant le Verbe fait chair. Tous les mystères de la vie cachée et de la vie publique sont nécessaires pour comprendre en plénitude la signification de la Résurrection de Jésus, qui fait entrer l’humanité dans la nouvelle création. Au chapitre XV de la première lettre aux Corinthiens, saint Paul dit que le corps ressuscité de Jésus est un corps « spirituel ». Méditons sur ces réalités spirituelles si importantes !
Si le fondement de notre foi est la Résurrection, elle ne s’épuise pas en cet événement. Dans l’octave de Pâques, saint Jean fera revivre un autre événement : la profession de foi de Thomas (« Mon Seigneur et mon Dieu ! »). Il est autorisé de penser que le disciple bien-aimé croyait en ce même mystère lorsqu’il a vu le tombeau vide. Il avait en effet gardé en sa mémoire toutes les paroles de Jésus qu’il nous a transmises dans son évangile. Il ne pouvait pas oublier que Jésus avait dit qu’il était UN avec le Père !
Aucun témoin n’a assisté à l’événement de la Résurrection en lui-même. Les premiers sur place ont constaté que le tombeau était vide et des anges ont annoncé la Résurrection de Jésus. D’autres ont ensuite vu Jésus ressuscité. Marie-Madeleine, pour Jean, est la première à voir le tombeau vide. Et elle conclut : « on a volé le corps du Seigneur ! » Elle court rencontrer Pierre et Jean qui, eux aussi, courent constater cette réalité. Toutes ces courses révèlent l’historicité de l’événement : les amis de Jésus veulent vite voir, de leurs propres yeux. Le tombeau vide est suffisant pour la foi de Jean, les autres auront besoin de voir, de toucher et d’entendre Jésus ressuscité. Alors sachons témoigner de la Résurrection en imitant Pierre, qui a obéi à l’Esprit-Saint et qui est entré dans la maison d’un païen en dépit de la Loi. Les païens ont reçu le Saint-Esprit pendant que Pierre leur parlait. Ne soyons pas timides, n’ayons pas honte de Jésus ressuscité, n’ayons pas peur d’être catholiques ! Témoignons sans crainte de notre foi car le Saint-Esprit saura agir dans les cœurs des personnes auxquelles nous nous adressons !
Par le baptême, dit saint Paul, nous sommes « ressuscités avec le Christ, recherchons les réalités d’en-haut » (deuxième lecture). N’oublions pas de remercier la Vierge Marie d’avoir été présente au pied de la Croix de Jésus. Elle prie pour nous afin que nous entrions dans la joie de Pâques.

Avec l’aide de Jésus ressuscité, demandons ensemble cette grâce de la cohérence entre ce que nous croyons et ce que nous vivons. Car il ne suffit pas de témoigner par la parole, il faut aussi rechercher les réalités d’en-haut ; c’est bien ce que saint Paul nous enseigne. Soyons de bons imitateurs du Christ, tout à la fois vrai dans son être, dans ses paroles et dans ses actes.

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques retenus :
Actes des Apôtres X, 34a. 37-43 ; Psaume CVII (CVIII) ;
Épitre de saint Paul Apôtre aux Colossiens III, 1-4
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean XX, 1-9.