Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Juin à Novembre 2020 > Homélie pour le douzième dimanche du Temps Ordinaire, Année A

Homélie pour le douzième dimanche du Temps Ordinaire, Année A

dimanche 21 juin 2020 église Saint Jean-Baptiste, Vif

« Soyez sans crainte ! »

Tout ce qui est encore caché sera un jour révélé. Tant de choses nous échappent. Le ciel et la terre recèlent tant de secrets que l’homme ne décrypte que peu à peu. Et chaque découverte soulève une nouvelle série de choses cachées et même insoupçonnées. Jésus, lui, passe en ce monde comme celui qui voit ce que nul ne voit. Il lit les signes des temps (Matthieu XVI, 3), Il connaît les pensées enfouies au fond des cœurs (Luc XI, 17). Il connaît surtout ces choses cachées depuis les origines du monde (Matthieu XIII, 35). Il connaît Dieu lui-même, que nul n’a vu (Jean I, 18) et Il parle en connaissance de cause. Nous parlons de ce que nous savons (Jean III, 11). ET ce qu’Il sait, Il le dit aux hommes ; c’est même la raison unique de sa venue au monde (Jean XVIII, 37). Je ne suis venu en ce monde que pour témoigner de ce qui est vrai. Ceux qui ont perçu, ne serait-ce qu’une parcelle de cette vérité, jusque-là cachée, doivent la clamer au grand jour. Jésus n’a cessé de le faire. Il ouvre les yeux des aveugles de naissance que nous sommes, pour que nous devinions sur sa face les reflets de la gloire du Père. Il délie les oreilles des sourds que nous sommes pour que nous entendions la voix du Père qui parle par la bouche du Fils. Et nous devons parler sans avoir peur des gens (Matthieu XXVI, 10), car se prononcer pour le Christ devant les hommes, c’est aussi apporter à ces hommes cette révélation des mystères du Royaume (Luc VIII, 10) dont ils ont besoin et qui les illuminera comme elle nous a illuminés.
En méditant cette page d’évangile, j’ai repensé au si beau message adressé par Saint Jean-Paul II lors de son voyage apostolique en France en 1986. C’était dans notre région car il est passé par Lyon, Ars, Annecy, Taizé et Paray-le-Monial. En voici un large extrait, qui est toujours d’actualité.

« Chrétiens de Lyon, de Vienne, de France, que faites-vous de l’héritage de nos glorieux martyrs ? Certes, aujourd’hui, vous n’êtes pas livrés aux bêtes, on ne cherche pas à vous mettre à mort à cause du Christ. Mais ne faut-il pas reconnaître qu’une autre forme d’épreuves atteint subrepticement les chrétiens ? Des courants de pensée, des styles de vie et parfois même des lois opposées au vrai sens de l’homme et de Dieu, minent la foi chrétienne dans la vie des personnes, des familles et de la société. Les chrétiens ne sont pas maltraités, ils jouissent même de toutes les libertés, mais le risque n’est-il pas réel de voir leur foi comme emprisonnée par un environnement qui tend à la reléguer dans le domaine de la seule vie privée de l’individu ? Une indifférence massive chez beaucoup à l’égard de l’Évangile et du comportement moral qu’il exige, n’est-elle pas une manière de sacrifier aujourd’hui petit à petit à ces idoles que sont l’égoïsme, le luxe, la jouissance et le plaisir recherchés à tous prix et sans limite ? Cette forme de pression ou de séduction pourrait tuer l’âme sans attaquer le corps. L’esprit du mal qui s’opposait à nos martyrs est toujours à l’œuvre. Avec d’autres moyens, il continue de chercher à détourner de la foi. Chrétiens de Lyon et de France, ne vous y laissez pas prendre. Dans notre monde qui offre à l’homme tant de possibilités de vraie liberté et d’épanouissement spirituel, qui a réalisé des progrès immenses au service de l’homme, que faites-vous pour contribuer à démasquer ces idoles d’aujourd’hui et à vous en affranchir ? Puissiez-vous avoir toujours le discernement et le courage de la foi ! Vous avez là une tâche commune à accomplir. Un seul et même baptême vous a consacrés dans le Christ. Dans la fidélité à sa parole et sans rien faire séparément de ce que vous pouvez faire ensemble pour répondre aux besoins de l’homme d’aujourd’hui, ‘restez fermes dans la foi’ (2 Pierre V, 9) ».

Seigneur, tu nous répètes souvent : ‘Ne crains pas, n’aie pas peur’ comme pour déraciner cette force qui nous paralyse et nous sépare de toi. Seigneur, c’est toi ma force, mon rempart, mon bouclier, mon refuge toujours ouvert ! Par ta mort et ta résurrection tu as vaincu le mal qui ne peut plus nous séparer de toi. Tu nous appelles à la glorieuse liberté des enfants de Dieu qui savent leur vie entre tes mains et qui vont avec courage proclamer la venue du Royaume. La vie que tu nous donnes, nul ne peut nous la ravir car tu es avec nous. Que nous soyons toujours plus enracinés dans ton amour qui bannit toute crainte, dans un abandon total à ta volonté. Que nous sachions faire triompher ta parole au milieu des bruits du monde qui ne sont que mensonge et comme les aiguillons de la mort. Que la soif de sauver les âmes nous donne toutes les audaces de tes saints apôtres.

Père Thibault NICOLET


Références des textes liturgiques : Livre du Livre du Prophète Jérémie XX, 10-13 Psaume LXVIII (LXIX) Épître de saint Paul Apôtre aux Romains V, 12-15 Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu X, 26-33