Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies > Juin à Novembre 2020 > 13ème dimanche du temps ordinaire, année A

13ème dimanche du temps ordinaire, année A

Samedi 27 et dimanche 28 juin 2020 à Prélenfrey et Vif

Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi » nous dit Jésus dans ce passage d’évangile... Et il en est de même pour son fils ou sa fille. Décidément, Jésus est bien exigeant avec nous, et difficile à comprendre ! Et encore, selon l’évangile de Luc, Jésus ajoute son frère, sa sœur, son épouse à la liste des personnes qu’il faut aimer moins que Lui...
Serais-je dans l’erreur en aimant mon épouse et mes enfants ? Serais-je dans l’erreur quand il m’arrive de refuser un service dans le cadre de la paroisse pour aller voir mon père qui vit seul ?...
Pourtant, il est écrit dans les dix commandements « tu honorera ton père et ta mère », Jésus nous a dit aussi « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » – ce qui signifie un amour prêt à aller jusqu’au don total de soi, de sa propre vie... Quand à l’amour entre deux époux, il est vu par une longue tradition de la Bible et des église chrétiennes comme l’image de l’amour de Dieu pour son peuple, et de Jésus pour son église... Et puis Jésus nous invite par ailleurs à le reconnaître, à le servir, et à l’aimer dans toute personne que nous rencontrons...
Alors, que comprendre pratiquement de ce texte, qui n’est évidemment pas une invitation au fanatisme ?
Tout d’abord, il faut rappeler qu’en grec, il existe plusieurs verbes pour dire aimer : l’un désigne l’amour de désir, de possession, l’éros. Un autre désigne l’amour d’amitié. Et le troisième désigne l’amour du don de soi, l’agapé. Et dans le texte de l’évangile, c’est le second verbe qui est employé !
Alors, si l’amour dont il s’agit est un simple amour d’amitié, c’est clair, cela ne suffit pas ! Jésus nous invite à aller plus loin, à passer à une autre dimension de l’amour, celle du don de soi. Et dans cette dimension de l’amour, il n’est plus question d’aimer moins ou d’aimer plus, il n’est question que d’aimer à fond ! Et je ne peux aimer vraiment Jésus qu’en aimant à fond toute personne qui m’est proche, en commençant par mon épouse, mes parents, mes enfants !
Et je ne vais pas vous dire que j’y arrive tous les jours !
« Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi », nous dit Jésus. Jésus nous invite à marcher à sa suite, à le suivre sur son chemin d’amour même quand c’est difficile. Parfois à faire le choix d’affronter une situation difficile, justement parce-qu’elle est difficile, et qu’il faut le faire par amour du prochain. Faire des choix que nous ne voudrions pas faire, souvent dans de bien petites choses du quotidien. Oser affronter des situations de conflit, au risque parfois de voir les deux parties se mettre d’accord contre soi... Ne pas se laisser décourager par nos médiocrités, notre incapacité à aimer comme il faut....
« Qui vous accueille m’accueille, et qui m’accueille accueille aussi celui qui m’a envoyé » nous dit encore Jésus. Nous avons entendu dans la première lecture comment une femme riche a accueilli le prophète Élisée, mais ce n’est pas forcément d’un tel accueil qu’il s’agit ! Il s’agit ici d’accueillir, d’écouter la parole de celui qui nous parle au nom de Dieu, de celui qui est donc un prophète... qu’il soit prêtre, diacre, ou laïc, puisque, de par notre baptême, nous sommes tous prêtres, prophètes et rois !
Sachons donc écouter et accueillir ce qui vient de Dieu dans ce que notre frère peut nous dire, et laisser Dieu parler par nous quand nous parlons à nos frères...

Amen

G. B-S

Références des textes liturgiques :
Roi 4, 8-11. 14-16a ;
Psaume 88 (89) ;
Lettre de St Paul aux Romains (6, 3-4, 8-11) ;

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10, 37-42.