Paroisse Saint Loup


Sommaire > Vie de la paroisse > Homélies

Homélies

10 septembre 2018

Vingt-troisième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Dimanche 9 septembre 2018 église Saint Jean-Baptiste de Vif

Tout ce qu’il fait est admirable

Des personnes conduisent à Jésus un homme sourd et muet. Il souffre de ne jamais parler avec les autres, de ne jamais les entendre, c’est comme s’il vivait dans la nuit, séparé de tous ! Lorsque Jésus lui ouvre les oreilles et lui délie la langue, il lui fait le plus beau des cadeaux. Cet homme peut enfin entendre et parler, il n’est plus coupé des autres. On peut facilement imaginer sa joie : il a dû crier, chanter la bonté de Dieu à tue-tête ! Ceux qui l’ont amené à Jésus sont si impressionnés par le miracle qu’ils ont vu sous leurs yeux qu’ils ne peuvent s’empêcher de le raconter partout.
Lors du sacrement du baptême, le célébrant peut choisir de procéder au rite de l’Effata, qui consiste à faire le signe de la croix sur les oreilles et sur les lèvres du baptisé. Par notre baptême, grâce à l’Esprit-Saint, nous entendons la parole de Dieu et nous la comprenons chaque jour davantage. Nous ouvrons notre âme à l’amour de Dieu qui grandit en nous. Alors ouvrons notre cœur à l’amour du Père, par Jésus, dans l’Esprit-Saint, et nous serons heureux pour l’éternité !
Comme l’annonce le Prophète Isaïe dans la première lecture, le temps est arrivé où s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds, le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie… Ces prodiges se réalisent de nos jours avec une profondeur plus grande que celle prévue par le Prophète : ils ont lieu dans l’âme de celui qui est docile au Saint-Esprit. Demandons la foi et l’audace pour annoncer avec clarté et simplicité les magnalia Dei, les merveilles de Dieu que nous connaissons, comme le firent les Apôtres après la Pentecôte. Saint Augustin écrit : « si vous aimez Dieu, attirez pour qu’ils l’aiment tous ceux qui sont près de vous et tous ceux qui vivent chez vous. Si vous aimez le Corps du Christ, qu’est l’unité de l’Église, incitez tout le monde à jouir de Dieu et dites-leur avec David : Exaltez avec moi le Seigneur et louons tous ensemble son saint nom (Proverbes XXI, 28) ; et en cela ne soyez pas timides ni pusillanimes, mais gagnez pour Dieu autant de personnes que vous pourrez avec tous les moyens possibles, selon votre capacité, en les exhortant, en les supportant, en les priant, en discutant avec eux et en leur donnant la raison des choses qui appartiennent à la foi en toute mansuétude et douceur. » Ne restons pas muets : certainement Dieu veut parler aux autres à travers nos paroles.
Saint Marc a conservé le mot araméen que Jésus utilisa, effata, « ouvre-toi » ! Le Saint-Esprit souffle souvent, dans l’intimité de l’âme, ce conseil impératif. La bouche s’ouvre et la langue se délie aussi pour parler avec clarté de l’état de son âme dans la direction spirituelle, en étant sincères, en disant avec simplicité ce qui nous arrive, désirs de sainteté et tentations, petites victoires et défaites. Libérons nos oreilles pour écouter attentivement les enseignements et les suggestions que le Maître fait parvenir à travers la direction spirituelle.
Avec la sincérité et la docilité la bataille est toujours gagnée, aussi difficile soit-elle. Avec la duplicité et l’orgueil… elle est toujours perdue. C’est le Seigneur qui guérit et il utilise les moyens qu’il veut, toujours disproportionnés. Saint Vincent Ferrier affirmait que Dieu « ne concède pas sa grâce à celui qui, ayant à sa disposition une personne capable de le diriger, méprise ce moyen efficace de sanctification, en croyant qu’il se suffit à lui-même, qu’il peut par ses seules forces chercher et trouver le nécessaire pour son salut… Celui qui aura un directeur et lui obéira en toutes les choses arrivera au but plus facilement que s’il était seul, même s’il possède une intelligence très pénétrante et de très sages livres spirituels… »
La Sainte Vierge est le modèle pour écouter d’une oreille attentive ce que Dieu demande et pour le mettre en pratique avec une disponibilité totale : « A l’Annonciation, Marie s’est complètement abandonnée en Dieu, en manifestant ‘l’obéissance de la foi’ à celui qui lui parlait à travers son messager et en apportant ‘la soumission complète de son intelligence et de sa volonté’ (Constitution Dei Verbum, 5). » Nous voulons avoir recours à elle et nous lui demandons de nous apprendre à écouter attentivement tout ce qu’on nous dit de la part de Dieu, et surtout à le mettre en pratique.

.

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques :
Livre du prophète Isaïe XXXV, 4-7a ; Psaume CXLV (CXLVI) ;
Lettre de saint Jacques II, 1-5 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc VII, 31-37.

28 août 2018

Vingt-et-unième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

S 25/08/2018 église de Saint-Georges-de-Commiers et D 26/08/2018 église Saint Jean-Baptiste de Vif

« C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien »

Dans l’évangile de ce dimanche, Jean nous montre la réaction des disciples qui se scandalisent et cessent de suivre Jésus. L’Esprit est indispensable à la compréhension des propos rudes que Jésus vient de tenir. Les paroles que prononce le Fils, Parole incarnée, sont pénétrées de l’Esprit et du pouvoir vivifiant qui est le propre de Dieu. Il faut l’action de l’Esprit divin dans le cœur de l’homme pour les comprendre dans leur mystérieuse profondeur. Saint Paul écrit à juste titre : « La lettre tue, mais l’Esprit donne la vie » (Deuxième Épitre aux Corinthiens III, 6) et Jésus nous affirme que « c’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien ». Ces paroles éclairent le mystère eucharistique. La présence réelle du Christ n’est pas une sorte d’image du sacrifice de la Croix. Le Christ ressuscité se rend réellement présent à la communauté des croyants par l’action de l’Esprit-Saint.
On ne peut pas tout méditer dans ce que nous propose un passage d’Évangile aussi riche que celui que nous venons d’entendre. Alors, il faut choisir. Pour ma part, j’ai souvent entendu parler – et j’ai fait moi-même un certain nombre d’homélies – sur la réponse de Pierre : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? »
C’est une question importante. « Oui, Seigneur, en ce moment de ma vie, au creux de telle épreuve, qui, mieux que Toi, pourrait me donner un peu d’espérance ? N’est-ce pas Toi qui as les paroles de la Vie ? »
Mais il y a une question que Jésus pose à ses disciples qui m’interpelle aussi. C’est quand il leur dit : « Cela vous heurte ? » Jésus sait très bien que certaines de ses déclarations sont difficiles à comprendre, surtout lorsqu’il parlait des souffrances ou de la mort qu’il aurait à subir. Par ailleurs, les disciples n’étaient pas tous des érudits ou des intellectuels et il arrivait que Jésus emploie des mots qui pouvaient avoir plusieurs significations. Ainsi en est-il du mot « chair ». au début du texte, Jésus dit : « C’est l’Esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien ! »
D’ailleurs, des mots qui ont plusieurs sens, cela existe aussi dans la langue française. Prenons par exemple le mot « peine ». Je peux avoir beaucoup de « peine » à accepter telle ou telle chose : ce mot a ici le sens de « difficulté ». Mais je peux aussi éprouver beaucoup de peine par rapport à une épreuve, ce qui signifie alors des « émotions », de la « souffrance ».
Les spécialistes des textes bibliques ont donné une explication, mais les disciples, eux, n’y comprenaient rien… Et c’est pour cela que, comme le dit le texte : « Beaucoup de ses disciples qui avaient entendu s’écrièrent : ‘ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter !’ »… La suite du texte nous apprend que Jésus, lui-même, reconnaît que la signification de certaines de ses paroles et de ses gestes est incompréhensible sans un certain éclairage que Jésus appelle l’Esprit.
Alors, qu’est-ce que tout cela veut dire pour nous ?
Et bien, sans nous culpabiliser, sans croire que ce pourrait être un péché, acceptons de ne pas tout comprendre. Notre foi en Dieu est un choix, elle n’a pas été un « paquet tout ficelé » déposé dans notre berceau.
La foi est une croissance, elle est un acte de confiance fait par amour, et comme c’est l’intimité qu’ils vivent qui permet à deux époux d’apprendre, petit à petit, à se connaître, c’est l’intimité, le cœur à cœur que nous vivrons avec la Parole de Jésus qui nous permettra de mieux comprendre ce qu’il nous dit, ce à quoi il nous appelle et ce qu’il peut être pour nous.
Selon notre culture, notre sensibilité, notre parcours personnel, il peut y avoir des questions sur tel ou tel passage d’Evangile, sur l’Eglise ou sur certaines de ses décisions, sans pour autant remettre en cause notre attachement ou notre confiance en Dieu.
Au creux de nos interrogations ou même de nos doutes, n’est-ce pas l’Esprit qui murmure en nous qu’en dépit de nos questions sans réponses, c’est encore la Parole de Dieu qui nous apporte le plus de lumière et de cohérence dans notre vie ?
Et puis la paix et la joie qui nous habitent quand nous choisissons de faire quelque chose pour les autres, ne sont-elles pas le signe que ces chemins de service et d’amour sont vraiment ceux qui nous mènent à la rencontre de Dieu ?
Enfin, soyons également sensibles au message des autres textes de cette messe qui nous disent que la fidélité est un choix qui est toujours à reposer en toute liberté, parce que la fidélité est toujours un choix d’amour à vivre au quotidien.

Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ?

Père Thibault NICOLET

Références des textes liturgiques :
Livre de Josué XXIV, 1-2a. 15-17. 18b ; Psaume XXXIII (XXXIV) ;
Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens V, 21-32 ;
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean VI, 60-69.

Vingtième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi »

>> Lire l'article...

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie Eglise Saint-Pierre de Varces

Celle qui a cru

>> Lire l'article...

XIXème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Moi, je suis le pain de la vie

>> Lire l'article...

Dix-huitième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Venir à Jésus, croire en Lui

>> Lire l'article...

Treizième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

La confiance de Dieu

>> Lire l'article...

Nativité de saint Jean-Baptiste – Année B

Préparer les cœurs à l’accueil du Seigneur

>> Lire l'article...

XIème dimanche du Temps Ordinaire– Année B

La semence qui se développe toute seule

>> Lire l'article...

Xème dimanche du Temps Ordinaire– Année B

Le diable est présent mais le Christ est puissant

>> Lire l'article...

Fête du Saint-Sacrement – Année B

La fête du bonheur qui vient

>> Lire l'article...

Fête de la Sainte Trinité – Année B

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit

>> Lire l'article...

Septième dimanche du Temps de Pâques

Un avec Jésus

>> Lire l'article...

Sixième dimanche du Temps de Pâques

« Je vous appelle mes amis »

>> Lire l'article...

Cinquième dimanche de Pâques – Année B

La vraie vigne

>> Lire l'article...

Quatrième dimanche de Pâques – Année B

Le bon berger

>> Lire l'article...

Troisième dimanche de Pâques – Année B

Vous êtes mes témoins

>> Lire l'article...

Homélie pour le Saint Jour de Pâques

Homélie pour le Saint Jour de Pâques, prononcée le 1er avril en l’église St-Pierre de Varces

>> Lire l'article...

Homélie pour la Vigile Pascale 2018

Homélie pour la Vigile Pascale 2018, prononcée le 31 mars en l’église St Jean-Baptiste de Vif

>> Lire l'article...

Homélie pour le Jeudi Saint 2018

Homélie du Jeudi Saint le 29 mars 2018

>> Lire l'article...

Méditation faisant suite à la lecture de la Passion selon Saint Marc

"Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient"

>> Lire l'article...

5ème dimanche de Carême, année B,

Voir Jésus

>> Lire l'article...

Information à nos fidèles lecteurs d’homélies

Les homélies des 3ième, 4ième et 5ième dimanches de carême Année B ne figureront pas sur le site. En effet, les textes prévus ne seront pas lus en l’église de Vif mais les textes de l’Année A qui correspondent mieux à la célébration des 3 scrutins pénitentiels pour Anita (en vue de son baptême lors de la fête de Pâques).

>> Lire l'article...

Deuxième dimanche de Carême – Année B

« Jésus (…) les emmène, eux seuls, à l’écart, sur une haute montagne… »

>> Lire l'article...

Premier dimanche de Carême – Année B

« Il vivait parmi les bêtes sauvages et les anges le servaient… »

>> Lire l'article...

Mercredi des Cendres

« Ton Père (…) voit dans le secret… »

>> Lire l'article...

Sixième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

« Si tu le veux, tu peux me purifier. »

>> Lire l'article...

Sixième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

« Si tu le veux, tu peux me purifier. »

>> Lire l'article...

Cinquième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

« C’est pour cela que je suis sorti… »

>> Lire l'article...

Troisième dimanche du Temps Ordinaire – Année B

« Les temps sont accomplis… »

>> Lire l'article...

1er dimanche du temps ordinaire ; année B

 Venez, et vous verrez...

>> Lire l'article...

Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph – Année B

« Les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem… Syméon les bénit… »

>> Lire l'article...

Solennité de la Nativité de Notre-Seigneur Jésus-Christ – Année B

« Le Verbe s’est fait chair… »

>> Lire l'article...

Quatrième dimanche du Temps de l’Avent – Année B

Voici la servante du Seigneur

>> Lire l'article...

Troisième dimanche du Temps de l’Avent – Année B

Dimanche de la « Joyeuse Attente »

>> Lire l'article...

Deuxième dimanche du Temps de l’Avent – Année B

Jésus annoncé

>> Lire l'article...

Premier dimanche de l’Avent, année B

Veillez !

>> Lire l'article...